Les standards de pratique du pharmacien

Au Québec, l’Ordre des Pharmaciens a rédigé un document précisant les standards de pratique attendus par tous les pharmaciens. L’objectif indiqué sur le site internet de l’Ordre est « d’assurer une prestation de services pharmaceutiques de qualité, sécuritaire et optimale ». Petit aperçu de ce qui est attendu du pharmacien au Québec ! 

Quels sont les champs couverts par les standards de pratique ?

De façon générale, les standards de pratique regroupent trois champs :

  1. Maintien de la compétence et développement professionnel : il s’agit pour le pharmacien de se tenir au courant de l’évolution de la législation, des données scientifiques concernant la pharmacothérapie et les normes professionnelles. Le pharmacien doit aussi développer ses habilités à échanger avec les patients. Selon les standards, le pharmacien doit participer activement dans son milieu pour la santé de la population, et participer à la formation d’autres professionnels (pharmaciens, étudiants, etc) en partageant connaissances et expériences, et en rédigeant des publications. Le pharmacien doit bien entendu faire preuve d’honnêteté et d’intégrité, et faire preuve de respect envers patients, collègues et société.
  2. Expertise en pharmacothérapie : le pharmacien est le spécialiste du médicament et doit donc assurer une dispensation en toute sécurité. Cette expertise débute avec la prise en charge du patient (collecte et interprétation des données, évaluation des ordonnances, interventions appropriées, surveillance des effets de la médication, optimisation de la thérapie) tout en n’oubliant pas le rôle de gestion associé (inventaire, obligation légale concernant l’emballage et le stockage, la préparation, etc). Les standards mettent en avant le rôle clinique du pharmacien avant celui de « distributeur ». La pratique doit être centrée sur le soin du patient.
  3. Qualité et sécurité des soins et services : cette partie regroupe l’organisation physique de la pharmacie, le nombre de pharmacien pour assurer un service adéquat, et la gestion des événements liés aux médicaments.

Certains standards sont obligatoires, d’autres facultatifs mais montrent « une pratique professionnelle d’excellence » (comme la rédaction d’articles ou l’organisation de formations). Ces standards servent à protéger le public et à hausser le niveau de la pratique en pharmacie. Le document complet est disponible en suivant le lien ici.

D’accord, mais en pratique, qu’est ce que ça donne ?

Publiés en 2010, ces standards sont la référence utilisée lors de l’inspection professionnelle. Dans un article publié en 2015 sur le site de professionsante.ca, la directrice générale et secrétaire de l’OPQ (Ordre des Pharmaciens du Québec) Manon Lambert indiquait que peu de pharmaciens remplissaient tous les standards. Par exemple, il y a souvent une omission de recueillir certaines informations (grossesse ou allaitement). Elle notait aussi que peu de pharmaciens avaient conscience que l’évaluation de l’efficacité d’une thérapie incombait à leur responsabilité également. Environ 260 pharmaciens ont été inspectés de façon aléatoire en 2013-2014 et 30% d’entre-eux se sont vu imposer un programme d’amélioration allant d’un stage, de cours ou d’accompagnements.

Le tableau reprend les résultats suivants concernant l’atteinte des standards de pratique :

Image1

La conclusion est que le pharmacien doit continuer à progresser ; au Québec, notre rôle a évolué de la simple distribution / conseil, à un partenaire dans l’évaluation et l’optimisation de la pharmacothérapie du patient. Assisterons-nous à une telle évolution en France ?

Publicités

4 réflexions sur “Les standards de pratique du pharmacien

  1. Bonjour, je suis pharmacienne diplômée de l’année 2000; j’ai donc 16 ans de pratique en officine avec qqs formations (DU pharmacie clinique, formation en éducation thérapeutique). Déçue de l’exercice pharmaceutique en France, aller travailler au Québec est une chose à laquelle j’ai déjà pensé. J’ai 40 ans, mariée (mon mari serait prêt pour une reconversion professionnelle) et 2 enfants, de l’argent de côté, prête à travailler pour avoir l’équivalence serait-ce possible à ton avis? Je te laisse donc mon e-mail et nom afin que l’on puisse communiquer par mail si tu es d’accord.

    J'aime

      • Bonjour, je viens de prendre connaissance de ce blog, je suis pharmacien diplômé de l’année 99 (+DU orthopédie) marié 3 enfants. J’ai 41 ans, je dois préparer et passer l’ECOS ii mais je ne sais pas bien comment m’y prendre, peut -on communiquer sur ce sujet. J’ai déjà entamé mes démarches pour l’obtention de la CSQ, c’est en cours. je laisse mon email et nom pour pouvoir communiquer si tu es d’accord aussi, merci.

        J'aime

    • Bonjour Delphine et Thomas,

      Tout d’abord merci Thomas pour ce blog si inspirant! Tu es un pionnier pour nous, pharmaciens français…

      Je suis également pharmacienne, diplômée de Paris XI. La confirmation de résidence permanente est arrivée cette semaine chez nous, je me prépare (au moins mentalement…) à passer l’ECOS.

      Seriez-vous disposés à discuter de ce projet avec moi?
      D’avance merci pour votre réponse.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s